Député – Maire : le cumul des mandats pousse...

Published on by Contribuables Du Pays Royannais

Député – Maire : le cumul des mandats pousse à la dépense
……………………………………………………………….
Dans l’actuelle législation un grand nombre de députés cumulent leur fonction d’élu national avec une autre fonction électorale locale. 477 députés sur 577 détiennent à la fois un mandat parlementaire et un mandat exécutif local (maire, adjoint au maire, président ou vice-président de conseil régional ou général). Pour plus du tiers d’entre eux (247), leur choix se porte sur la fonction la plus estimée des électeurs, celle de maire. En effet selon les ardents défenseurs du cumul des mandats, elle procure à la fois l’avantage d’être proche du terrain et offre une vitrine à l’action de l’élu.
Plus cyniquement, on sait très bien que la fonction de maire, surtout dans les grandes villes, permet d’étoffer les ressources de l’élu : collaborateurs, voiture de fonctionnement, local supplémentaire et bien sûr indemnités…
Elle permet également le mélange des genres, un député sollicité par un de ses administrés pour une demande à caractère social (logement, emploi, place en crèche ou allocation sociale… sortira son écharpe de maire pour apporter une réponse circonstanciée…
Or, le rôle d’un député est d’abord de contrôler le budget national et de voter la loi. De nombreuses études ont montré que le cumul des mandats avait un impact très négatif sur le travail du député à l’Assemblée.
Une dette plus lourde, des impôts plus élevés
Par exemple, selon le Cepremap (Centre pour la recherche économique et ses applications, un institut qui dépend de l’Ecole Normale Supérieure), les députés cumulards sont moins présents (dans l’hémicycle ou en commission) et participent moins au contrôle du budget.
Qu’en est-il sur le terrain ? L’analyse des dépenses des communes, de leurs dettes et de leur santé financière, prouve que les députés-maires sont en moyenne beaucoup moins respectueux des contribuables, ainsi que le montre le tableau ci-après, élaboré à partir des données de l’Argus des communes.
Les communes des députés cumulards ont une moins bonne santé financière, dépensent plus que les villes où les maires n’ont pas de mandat législatif. Le député-maire fait porter à sa commune des dettes plus lourdes et vote les impôts locaux à des taux plus élevés que le simple maire.
Absents du Palais-Bourbon, dépensiers et plus mauvais gestionnaires au niveau local, les députés cumulards n’ont aucun argument en leur faveur.
( source : «Les Dossiers du Contribuable » de Contribuables Associés . Julien Lamon )

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post